Violences, exactions, exécutions sommaires etc / Le Commandant Johnny à ses collègues FRCI: "Arrêtez de traquer les militants LMP"

Publié le par monasam.over-blog.com

Il a décidé de s`engager sur la voie de la réconciliation, de tout mettre en œuvre pour contribuer à l`avènement d`une Côte d`Ivoire unifiée et pacifiée. Lui, c`est le Commandant Johnny du commissariat du 8e arrondissement de la commune de Cocody. Jeudi dernier 09 juin, à l`occasion de la cérémonie organisée dans le village d`Abobo-Doumé par le Forum des rois, sultans, princes, cheicks et chefs coutumiers africains dans le cadre de la réconciliation, ce commandant des Forces républicaines de Côte d`Ivoire (FRCI) a lancé un appel pressant à ses collègues Frci. «Arrêtez de traquer les militants LMP. Ce n`est pas parce qu`on est militant de LMP qu`on n`est pas Ivoirien. Ce n`est pas une raison pour les brimer ou leur arracher leurs biens. Il faut arrêter tout ça», a-t-il martelé à l`endroit de ses frères d`armes qui sont très souvent cités dans des exactions, des actions de violence et même des exécutions sommaires de militants LMP ou de partisans de l`ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo. Les paroles fortes du chef militaire ont été accueillies par un tonnerre d`applaudissements de l`auditoire composé en majorité de chefs traditionnels, de chefs de communauté, de responsables religieux et de représentants des forces militaires en présence (Frci, gendarmerie, police). Avant lui, le lieutenant Dihi Médard de la gendarmerie nationale a indiqué que chacune des forces en présence a décidé de faire table-rase du passé et de s`inscrire dans la dynamique de la réconciliation et de la paix. «Nous devons être des signaux forts de cette réconciliation. Le temps de faire la guerre est passé. Nous devons à présent nous réconcilier», a invité le lieutenant Dihi Médard, avant d`ajouter à l`endroit des populations: «Si la gendarmerie nationale et les Frci marchent et travaillent ensemble, il n`y a pas de raison que vous populations, vous vous déchiriez entre vous». Le plus heureux, au cours de cette cérémonie de réconciliation, était assurément sa majesté Tchiffi Zié, Secrétaire général permanent du Forum des rois, sultans, princes, cheicks et chefs coutumiers africains, inspirateur de cette rencontre. Le leader traditionnel a appelé le peuple ivoirien et les populations vivant en Côte d`Ivoire à s`approprier la vision du président Alassane Ouattara, celle de faire de la Côte d`Ivoire un grand pays, solide à tous les niveaux et où il fait bon vivre. «Nous sommes condamnés à nous tolérer, à nous pardonner les uns les autres», a-t-il conseillé. Aux chefs traditionnels, Tchiffi Zié a demandé de se consacrer à leur mission première, celle de rassembler les populations et de leur apprendre à vivre ensemble. «Eloignez-vous de la politique. Il est temps pour les rois et chefs traditionnels de prendre leur bâton de pèlerin pour se mettre au travail. Rapprochez et rassemblez vos peuples, sans distinction», a-t-il par ailleurs recommandé aux chefs traditionnels. S`agissant des perquisitions de domiciles dans le village d`Abobo-doumé, à la recherche d`éventuelles armes, Tchiffi Zié a souhaité que ces opérations se fassent en présence du chef de village, pour éviter des frustrations. A ce sujet justement, le commissaire Frci, Olivier Durant du 37e arrondissement, a révélé que le ratissage après le passage des miliciens et mercenaires libériens et les recherches de caches d`armes ont permis à son groupe et lui de mettre la main sur 120 kalachnikovs, 200 chargeurs, 10 pistolets, 11 grenades, 7 radios de police, 15 couteaux, 6 fusils calibre 12 et 1 lance-roquette. Lui aussi a demandé à tous ceux qui détiendraient encore des armes de les déposer soit au commissariat du 37e arrondissement, soit auprès du chef de village.

Franck SOUHONE

Publié dans SA MAJESTE TCHIFFI ZIE

Commenter cet article