GBAGBO AUX CHEFS TRADITIONNELS : “J’AI PROPOSE QU’ON RECOMPTE LES VOIX DEVANT LE MONDE ENTIER”

Publié le par monasam.over-blog.com

Le Chef de l’Etat,Tradi Laurent Gbagbo, a reçu, vendredi dernier, en audience  Abotcha Roger qui sera appuyé par sa Majesté Tchiffi Zié, les chefs sont venus demander l’onction et l’autorisation du Président Laurent Gbagbo de poursuivre leur médiation, en allant rencontrer Alassane Dramane Ouattara et son équipe, au Golf hôtel.

La réponse du Chef de l’Etat ne s’est pas fait attendre : «Allez les voir. Moi, j’ai déjà lancé l’appel. Je leur tends la main du dialogue. Mais qu’ils acceptent celui que le peuple a désigné».

A ses hôtes, le Président Gbagbo Laurent a tenu à préciser ceci : «Les frères qui sont au Golf n’ont pas gagné l’élection. Sinon ils auraient accepté que le monde entier vienne pour qu’on recompte les voix, pour qu’on regarde ensemble. J’ai proposé qu’on recompte les voix mais ils ne veulent pas. Moi, je leur dis de venir on v résidence à Cocody, une délégation du Forum des rois, sultans, cheicks, princes et chefs traditionnels d’Afrique conduite par son secrétaire permanent, sa Majesté Tchiffi Zié Jean-Gervais, Les garants de la tradition sont venus exprimer leur volonté de s’impliquer dans la résolution de la crise post-électorale que vit le pays depuis le second tour de la présidentielle.

Par la voix de leur porte-parole, Nanan a discuter. Je veux réunir les gens dans la vérité. Dites leur de revenir dans la République».  Et de poursuivre : «Gbagbo ne peut pas quitter s’il est élu».

Dans son intervention, le Chef de l’Etat a rappelé que pendant la campagne de l’élection présidentielle il avait dit qu’il était le candidat pour la Côte d’Ivoire. Selon lui, en politique, un responsable ne dit pas des paroles en l’air. Il a aussi rappelé qu’il avait pris l’Article 48 de la Constitution pour que son adversaire soit candidat. «Il n’a pas gagné mais les commanditaires veulent forcer. Voilà le problème de la Côte d’Ivoire», a-t-il dit, à plusieurs reprises.

Pour Laurent Gbagbo, «si tu es dans un environnement et que tu ne veux pas accepter les règles, c’est qu’il y a quelque chose. Quand tu fais des palabres, c’est qu’il y a quelque chose. Quand les gens qui sont étrangers à votre village veulent être chefs, posez-leur la question. Si les gens viennent des milliers de kilomètres pour dire que c’est celui-là qui doit être chef, c’est qu’il y a quelque chose». Il va plus loin en disant que «le trône est sacré et que celui qui ne le mérite pas ne peut pas s’asseoir dessus». Le Président Laurent Gbagbo se dit aujourd’hui préoccupé par une seule chose : «Moi, j’ai fait la prison pour la démocratie. Comme c’est à moi que le pays est confié, je cherche la paix pour la Côte d’Ivoire». Une Côte d’Ivoire qu’il sait riche de son pétrole, diamant, or, gaz, fer, cacao, etc. «Le pays est riche. C’est pour cela que les gens nous en veulent», ajoute-t-il. Sa Majesté Tchifi Zié Jean-Gervais et autres chefs traditionnels ont décidé d’être les ambassadeurs de la paix pour Gbagbo Laurent, partout en Afrique. «Nous allons rencontrer nos frères qui sont au Golf pour trouver une solution pacifique à cette crise. Nous sommes là pour remettre les choses en place. Nous sommes prêts à prendre nos responsabilités», a-t-il promis.

Publié dans SA MAJESTE TCHIFFI ZIE

Commenter cet article